Le jeu des mots

Avec Melba 3

Comment vous présenter Melba ? Plutôt que vous assommer de phrases, je lui ai proposé de jouer au jeu de l’association : je lui dis un mot, elle me répond une chanson. Je me demandais ce qui allait en sortir : des grands classiques, ses propres chansons, des chansons d’aujourd’hui ? La récolte fut belle, et à l’image de l’écriture très variée de Melba : toutes sortes de chansons, et par bonheur, je ne connaissais aucune d’elles.

Je vous en livre une petite partie. Tout d’abord deux chansons qui explorent des personnages d’une manière ou d’une autre rejetés : vieux, laids, malades, etc. Ce thème revient dans quelques chansons de Melba que j’ai pu entendre…

Au mot « révolte », Prohibition de Brigitte Fontaine

Au mot « hors-sujet », Melba m’a répondu La laideur de Safia Nolin. Elle ajoute : « c’est pas une histoire de rupture ou quoi, mais de quelqu’un qui s’en va tout seul. Et puis ne pas citer Safia Nolin quelque part est impossible pour moi ». Sur la vidéo, Safia Nolin est accompagnée des Sœurs Boulay.

Tous les thèmes

Presque Oui en concert

Aujourd’hui, c’est mercredi. On fait quoi ce week-end ?
Les annonces du mercredi
(et accessoirement, Avec Melba 2)

Pour une fois, l’annonce de concert de ce mercredi fait partie de la série en cours, puisque je vous annonce un concert de Melba à Thou Bout’Chant, Lyon 1er. Melba va assurer la première partie de Presque Oui, vendredi 5 et samedi 6 mai 2017, à 20h30. Billetterie, ici.

Presque Oui, c’est le nom d’un chanteur. Sur la vidéo suivante, Presque Oui est à la guitare.  Danser.

Vous avez vu comme il fort à la guitare ? Il est très bon au chant aussi. Demain j’avoue.

Tous les thèmes

Jusqu’à la mer

Avec Melba 1

Aujourd’hui démarre une série très inhabituelle sur le Jardin aux Chansons qui Bifurquent. On va passer quelques jours en compagnie de Melba, jeune auteure-compositrice-interprète très talentueuse, et qui se trouve au tout début de sa carrière.

L’exercice est délicat, car Melba n’a encore publié qu’un tout petit nombre de chansons, malgré une production assez riche que j’ai pu entendre en concert, lors de premières parties de Buridane ou de Michèle Bernard par exemple. Nous prendrons donc quelques chemins détournés… Pour commencer, une chanson de Melba, chantée par Melba en personne. Jusqu’à la mer.

Tous les thèmes

Zangra

Le comique troupier 9/9
123456789

On a déjà vu dans ce blog que Jacques Brel utilisait quelques ressorts du comique troupier dans Le caporal casse-Pompon, ici. Il évoque aussi la vie du conscrit dans Au suivant, et de manière plus allusive dans de nombreuses chansons. Mais puisqu’on s’intéresse à l’énumération des grades, je vous passe Zangra pour terminer la série.  La chanson est inspirée du roman Le désert des Tartares, de Dino Buzzati. Cette fois, les grades sont enfin énumérés en ordre croissant, de lieutenant à général, dans une variante inattendue du crescendo brélien (alors que pour une fois la chanson va decrescendo et rallentando : cette ascension dans carrière est un avachissement, bourgeois ou provincial selon les catégories bréliennes, voir la série sur Brel, ici). La chanson évoque le sentiment le plus marquant de la vie du soldat, du moins de celui qui a eu la chance ne pas se trouver sur le front : l’ennui.

Tous les thèmes

Général à vendre

Le comique troupier 8/9
123456789

Dans Général à vendre, chef-d’œuvre ultime de la chanson sur l’armée, les grades sont encore énumérés en ordre décroissant… Cette chanson paraît presque militariste aujourd’hui, tant la simple capacité à réciter des grades sur un rythme martial dénote une connivence suspecte avec la chose militaire. Mais elle fut en son temps interdite de diffusion à la radio car jugée subversive ! L’énumération des grades commence à 2:25.
Les paroles sont de Francis Blanche, l’interprétation des Frères Jacques.

Tous les thèmes

L’ordre des grades

Le comique troupier 7/9
123456789

Un passage obligé de la chanson troupière, presque un sous-genre, c’est l’énumération des grades. Connaître ses grades, c’est le B-A-BA de la science militaire et évite bien des désagréments à la caserne… Je lance un petit débat : quand on énumère les grades, faut-il le faire en ordre croissant ou décroissant ?

Dans Ça fait d’excellents français, célèbre chanson de Maurice Chevalier, les grades sont énumérés en ordre décroissant. Les paroles sont de Jean Boyer et la musique Georges van Parys, deux des meilleurs auteurs de chansons de l’avant-guerre. La chanson est emblématique de la drôle de guerre, période qui précède la défaite de mai-juin 1940 : unité nationale de façade, j’m-en-foutisme, etc.

La chanson en entier, sans l’image.

Dans Les Français au quotidien: 1939-1949, de Gilles Gauvin, Bénédicte Vergez-Chaignon, et Éric Alary, on peut lire :

_______________
Le grand historien Marc Bloch, affecté au 4è bureau chargé de la circulation de la main d’œuvre et des ravitaillements, relève dans L’étrange défaite que l’armée se perd dans des procédures administratives interminables alors que l’ennui gagne le front : « […] je glissais, comme tous mes camarades, à la vie sans fièvre d’un bureaucrate d’armée. Je n’étais pas oisif certes; je n’étais pas non plus fort occupé et mes besognes quotidiennes ne me procuraient qu’une faible dose d’excitation cérébrale […] L’ennui de ces long mois de l’hiver et du printemps 1939-1940, qui a rongé tant d’intelligences pesait lourdement […] »

Sur les ondes, Maurice Chevalier chante aussi Ça fait d’excellents français; les paroles véhiculent l’idée d’une union sacrée retrouvée comme en 1914 : « Et tout ça, ça fait d’excellents Français, d’excellents soldats qui marchent au pas en pensant que la République, c’est encore le meilleur des régimes ici-bas. »
_______________

Tous les thèmes

Le soldat Morales

Le comique troupier 6/9
123456789

Le tout dernier succès de la chanson s’apparentant plus ou moins au comique troupier (quoique d’assez loin) me semble être La chanson du soldat Morales de Didier Bénureau.

Cette parodie de chant de marche reprend quelques codes du comique troupier (gestuelle et jargon). Elle les agrémente des trouvailles harmoniques audacieuses de l’adjudant-chef Jean-Pierre (je pense aux modulations du refrain). Mais au-delà des détails, le glissement le plus net par rapport au comique troupier en son âge classique, c’est le point de vue. La vie militaire n’est plus une expérience partagée entre le chanteur et le public, mais un élément extérieur.

Tous les thèmes